Où étudier la philosophie des sciences

Centre for Logic and Philosophy of Science (Belgique, Ghent)
En savoir plus

Centre for Philosophy of Science of the University of Lisbon
Read more

Centre Koyré
(France, Paris)
Read more

Archives Henri Poincaré
(France, Nancy)
Read more

Centre François Viète
(France, Nantes)
Read more

Centre Gilles Gaston Granger
(France, Aix-en-Provence)
Read more

Sciences, Normes, Démocratie (SND) (France, Paris)

Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques (IHPST) (France, Paris)

Read More

Centre de Recherche en Épistémologie Appliquée de l’Ecole Polytechnique (CREA) (France, Paris)
Read more

Centre Jean Cavaillès
(France, Paris)
Read more

https://www.clps.ugent.be/

Presentation and history

The  Centre for Logic and Philosophy of Science is part of the Department of Philosophy and Moral Science of Ghent University (UGent). It was founded in 1993 by Diderik Batens, who was then professor of logic and philosophy of science. Among the first members were Joke Meheus (then a pre-doctoral fellow of the FWO, the Research Foundation – Flanders) and Erik Weber (at that time a post-doctoral fellow of the FWO). In 1997 Erik Weber became professor in philosophy of science. In 2003 Joke Meheus became research professor, with logic as area of specialisation. The size of the centre grew gradually from 4 in 1993 to to approximately 25 now. Diderik Batens retired in 2010. The centre is now directed by Erik Weber, Joke Meheus and Maarten Van Dyck. The latter started to work at the Centre in 2001 and became professor in history and philosophy of science in 2009.

Research lines

Non-classical logics for defeasible reasoning processes

The logic research in the centre focuses on defeasible reasoning processes (reasoning processes  in which a conclusion formulated at a certain stage may be withdrawn in view of new information or more insight in already available information). Adaptive logics, a specific subtype of non-classical logics, were developed at the centre as a unified framework for studying defeasible reasoning. We do research at the object-level (developing new systems) and at the meta-level (proving meta-theoretic results, studying relations between logical systems, …).

Formal Analysis of Human Reasoning

Because of its strong focus on defeasible reasoning, our logic research is directly relevant for (and is inspired by) the study of scientific reasoning processes. This creates a link with the centre’s research in philosophy of science research (see below). Examples of types of defeasible reasoning that occur frequently in the sciences are: abduction, inductive generalisation, causal reasoning and reasoning by analogy. A second important domain of application for our logical research is practical and moral reasoning: reasoning about actions, intentions, norms, values, … In our formal analysis of human reasoning processes we us the above-mentioned (qualitative) non-classical logics, but also quantitative formal methods (e.g. Bayesian methods).

Philosophy of Scientific Practice

With “scientific practice” we mean: reasoning pattern en behavioural patterns that occurs frequently in scientific research.  Important topics are causality and scientific explanation. In this research line (contrary to the previous one) scientific reasoning processes are studies from an epistemological and philosophy of science perspective.

Social Epistemology

Social epistemology studies the collective, social aspects of scientific research and other knowledge producing practices. Peer review and consensus formation are important topics with respect to the social organization of science. Outside the realm of science, there is e.g. our research into the functioning and efficiency of truth commissions.

Integrated History and Philosophy of Science (&HPS)

&HPS refers to research in which history of science and philosophy of science are integrated. This integrated research aims at a better understanding of the development of science, but is also relevant for contemporary issues in philosophy of science. For instance, if we investigate the epistemological and metaphysical concepts and assumptions of scientists in the past, this gives us better insight into what these scientists were doing and why they were doing it. These insights can be confronted with contemporary science and thus made relevant for contemporary debates in the philosophy of science.

 

http://cfcul.fc.ul.pt/

The Centre for Philosophy of Science of the University of Lisbon (CFCUL) officially started its activities in July 2003 and it is composed of an interdisciplinary team that includes integraded members and collaborators, national and international, with distinct institutional affiliations. The CFCUL also has the support of three prestigious consultants.

The CFCUL develops its activities within six Research Groups, and aims to promote the development of the Philosophy of Science in Portugal by supporting and favouring research in the field of Philosophy of Science, by participating in Research Projects, by collaborating with national and international teams, by doing research supervision of Post-graduate students, by linking research and Post-graduation through the Master and PhD Programmes in History and Philosophy of Science of the FCUL, and the Master in Bioethics of the Faculty of Medicine of the University of Lisbon.

The CFCUL aims also to spread knowledge in the field of Philosophy of Science, by promoting national and international Colloquia, Conferences, Workshops and other meetings, by promoting a Philosophy of Science Permanent Seminar and other conference cicles, by publishing the results of the research (papers, books and dissertations), by setting up the journal Kairos. Philosophy & Science, and five publication series: Philosophy of Science Notebooks, Thesis, Documenta, Evolutionism: Foundations and Challenges, and Image in Science and Art.

http://koyre.ehess.fr/

Fondé en 1958 au sein de la VIe section (Sciences économiques et sociales) de l’École pratique des hautes études (EPHE), le « Centre de recherches d’histoire des sciences et des techniques », devenu Centre Alexandre-Koyré en 1966, est un laboratoire de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, du CNRS et du Muséum national d’histoire naturelle (UMR 8560). Il réunit actuellement plus d’une centaine de chercheurs, enseignants-chercheurs, post-doctorants et doctorants. Leurs travaux s’inscrivent dans une perspective d’histoire sociale et culturelle des sciences, des savoirs et des techniques, en dialogue avec des approches philosophiques et sociologiques. Ces travaux se caractérisent par une très large ouverture quant aux périodes historiques – de l’Antiquité au monde contemporain –, aux aires culturelles et géographiques, aux échelles d’analyse – du local au global et leurs interactions –, ou encore aux objets de recherche : des sciences de l’homme et de la société aux savoirs naturalistes, des enjeux politiques des technosciences aux circulations des savoirs, des études visuelles des sciences à l’institution historique des disciplines et leur évolution, des savoirs sur le corps et sur le vivant à l’histoire de l’historiographie des sciences.

Le Centre Alexandre-Koyré est partenaire de deux laboratoires d’excellence, le LabEx « Histoire et anthropologie des savoirs, des techniques et des croyances » (HASTEC) et le LabEx « Sciences, innovations et techniques en société » (SITES). Il organise une formation à la recherche par la recherche, du master au doctorat, dans le cadre de l’EHESS, son établissement de tutelle principal. Il possède une bibliothèque spécialisée qui constitue, de par la richesse de ses fonds, l’une des plus importantes dans le domaine de l’histoire et l’étude des sciences et des techniques en France.

 

https://poincare.univ-lorraine.fr/

Les Archives Henri-Poincaré - Philosophie et Recherches sur les Sciences et les Technologies (AHP-PReST) sont une Unité Mixte de Recherche CNRS / Université de Lorraine / Université de Strasbourg (UMR 7117). Notre ambition est de développer un modèle d'équipe transdisciplinaire, dont l’originalité consiste dans le fait de réunir dans un même projet des scientifiques intéressés à l'histoire et à l'épistémologie de leur discipline et des philosophes, sociologues et historiens prêts à apprendre les contenus scientifiques et à guider les travaux historiques et philosophiques des scientifiques. Le fait que nous soyons officiellement rattachés à la fois aux sections 35 (Philosophie, histoire de la pensée, sciences des textes, théorie et histoire des littératures et des arts) et 41 (Mathématiques et interactions des mathématiques) du CNRS concrétise institutionnellement cette volonté de travail en commun. Les AHP-PReST résultent de la fusion, en 2018, du Laboratoire d'Histoire des Sciences et de Philosophie - Archives Henri-Poincaré (Nancy) et de l'Institut de Recherches Interdisciplinaires sur les Sciences et la Technologie (Strasbourg).

Bien qu'une part de notre effort collectif soit concentrée sur l'œuvre de Poincaré, les recherches menées au sein du laboratoire sont beaucoup plus larges, comme en témoignent les projets que nous développons, les colloques organisés ces dernières années ou le programme de nos séminaires. Nos recherches s'étendent de la philosophie et l'histoire des sciences à l’esthétique, l’histoire de la philosophie, les Science and Technology Studies, la métaphysique ou l’épistémologie formelle.<, et inclut également un large volet de projets en (et sur les) humanités numériques. L’approche argumentative et méthodique, établie par la discussion et l’échange au sein du laboratoire, prévaut ici contre l’imposition d’une orientation théorique commune, donnée a priori. Le projet général des Archives Henri-Poincaré pour 2018_2022 se divise en trois axes articulés.

  1. Humanités numériques et Archives en philosophie, en histoire des sciences et de l'industrie
  2. Sciences et réflexivité : approches historiques, institutionnelles et philosophiques des pratiques scientifiques
  3. Philosophie : systématicité, métaphysique, logique

 

https://cfv.univ-nantes.fr/

Le Centre François Viète d'épistémologie et d'histoire des sciences et des techniques (EA 1161) a été créé à l'Université de Nantes en 1994. Sa vocation interdisciplinaire s'appuie sur des chercheurs travaillant sur l'épistémologie et l'histoire des mathématiques, de sciences de la Terre et de l'univers, des sciences physiques et chimiques, des sciences de la vie et de la médecine, ainsi que sur les techniques.

Le CFV couvre aujourd'hui une aire géographique inter-régionale. Ses membres appartiennent en effet aux Universités de Nantes, Angers, Le Mans, Caen et Brest. Une antenne du CFV a été officiellement inaugurée à l'Université de Bretagne Occidentale, au 1er janvier 2012. Le CFV compte désormais deux sites : Université de Nantes, site principal, et Université de Bretagne Occidentale, site secondaire.

A l'Université de Nantes, le CFV est placé sous la double tutelle de l'UFR Sciences et Techniques et de l'UFR Lettres et Langages. A l'Université de Bretagne Occidentale, il est placé sous la tutelle de l'UFR Lettres et Sciences Humaines et est membre de la fédération de recherche Institut Supérieur de l'Homme et de la Société à l'UBO et de la MSHB.

https://centregranger.cnrs.fr/spip.php?article94http://sites.univ-provence.fr/wceperc/

Le Centre Gilles Gaston Granger est une unité mixte de recherche associant l’Université d’Aix-Marseille (Aix-Marseille Université - AMU) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Il est rattaché au Département de Philosophie de l’AMU et à l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS (section 35 : Sciences philosophiques et philologiques, sciences de l’art).
Le Centre Granger est aussi rattaché à deux des instituts d’établissements AMU nouvellement créés ; SoMuM (Sociétés en Mutation en Méditerranée) et INCIAM (Créativité et Innovations).

Le Centre Granger est intégré dans l’ensemble fonctionnel de la Maison de la recherche sur le site géographique de la Faculté de lettres d’Aix-en-Provence, mais aussi sur le site de St-charles à Marseille.

Ce laboratoire de recherche, issu du Séminaire d’Epistémologie Comparative, créé en 1974 par Gilles Gaston Granger, est devenu le Ceperc en 1995, intégrant ainsi la dimension ergologique dans ses programmes de recherche, puis le Centre Gilles Gaston Granger en 2018.

Les recherches conduites au sein du Centre Granger ont trait à l’étude comparative des objets, des concepts et des méthodes propres aux différentes disciplines scientifiques, d’un triple point de vue historique, ontologique et fondationel.
La direction de cette unité a été successivement assurée, après l’élection de G.G. Granger au Collège de France, par Elisabeth Schwartz, Alain Michel, Pierre Livet et Gabriella Crocco. Elle est assurée depuis janvier 2016 par Pascal Taranto.

Notre première spécificité, au sein de la réflexion épistémologique contemporaine, tient en premier lieu à ce que nous étudions à la fois l’épistémologie des sciences mathématiques, physiques, biologiques et des sciences de l’homme et de la société, réunissant ainsi un large éventail de compétences indispensables pour entreprendre des études comparatives.

Notre seconde spécificité tient également à ce que nous sommes la seule équipe d’épistémologie à aborder l’étude des disciplines scientifiques sous la triple perspective de l’histoire, des fondements et des pratiques. Il est légitime de poser que l’examen des fondements d’une discipline scientifique est la tâche prioritaire de l’épistémologie, mais ce faisant, on prend le risque de spéculer gratuitement. On prévient ce risque en s’attachant à saisir les origines historiques des concepts et des méthodes scientifiques et en dressant l’histoire des débats et des systèmes de savoirs dans lesquels ils sont apparus. Sur cette base ferme, on peut alors étudier de façon critique, d’une part, les problèmes de transfert et de reformulation des concepts et des méthodes dans d’autres domaines disciplinaires et, d’autre part, l’inscription des concepts dans le champ des techniques, des pratiques et des activités humaines.

Enfin, notre troisième spécificité tient à la volonté de lier l’ensemble de nos travaux sur les disciplines particulières à la philosophie dans le sens le plus usuel du terme, c’est-à-dire à la métaphysique et à l’ontologie. Il s’agit d’élaborer des méthodes d’analyse, s’appuyant sur la logique et l’ontologie pour examiner, du point de vue le plus général et le plus abstrait qui soit, la comparaison des disciplines, et pour chacune d’elles, les terrains où elles s’appliquent et se mettent en œuvre. L’objectif ici est de révéler les différences de régime discursif, de processus de conceptualisation et d’objectivation, de mode de légitimation des énoncés (ou des théories) et, finalement, de type d’engagement ontologique, entre les principales manifestations de la raison dans son usage théorique. Ainsi comprise, la méthode comparative en épistémologie conduit à poser à nouveaux frais la question de l’unité de la science et de la pluralité des figures de la rationalité au travail.

Fondé en 1982 par Jean-Pierre Dupuy et Jean-Marie Domenach sur la base de réflexions préliminaires de Jean Ullmo, le CREA est le centre de sciences cognitives et d'épistémologie de l'École Polytechnique.

Il est devenu une UMR en 1987.

Dès l'origine sa tradition a été double et a concerné aussi bien la modélisation en sciences humaines (modèles d'auto-organisation de systèmes complexes tant cognitifs, qu'économiques et sociaux) que la philosophie des sciences et, en particulier, l'épistémologie des sciences cognitives.

En 2001 l'UMR s'est réorganisée et a décidé de se constituer en un laboratoire polyscientifique de sciences cognitives théoriques.

1. Ses recherches sont centrées sur les différents aspects des sciences cognitives, qu'elles soient individuelles (neurosciences) ou sociales (économie cognitive).

2. Ses recherches sont théoriques au double sens de modélisation mathématique (modèles dynamiques, théorie du contrôle, logique et théorie des catégories, théorie des topoï) et de réflexion épistémologique. Les liens avec les disciplines empiriques (en particulier les neurosciences, la psychophysique, l'économie expérimentale et la linguistique cognitive) sont cependant étroits et profonds et formalisés par des conventions d'association avec d'autres centres.

3. Ses recherches sont polyscientifiques au sens où leur interdisciplinarité est intrinsèque et endogène, imposée par la nature même des structures cognitives comme structures symboliques abstraites descriptibles dans des langages formels appropriés mais émergeant de processus dynamiques sous-jacents complexes, de nature physique, biochimique, neuronale. L'interdiscipline cognitiviste est en fait celle d'une discipline spécialisée en voie de constitution. Des méthodes complémentaires y sont nécessaires à l'étude d'un même objet.

 

https://republique-des-savoirs.fr/equipes/centre-cavailles/http://cirphles.ens.fr/centre-cavailles/

Le Centre Cavaillès a pour vocation, depuis sa création, d’explorer les questions philosophiques et épistémologiques qui naissent ou ressurgissent à travers le développement des sciences contemporaines. Il est formé de scientifiques, d’historiens des sciences et de philosophes dont l’objectif est de lier sciences et philosophie, sciences et histoire des sciences, sciences humaines et sciences exactes, avec une attention soutenue aux outils, conditions et expressions de la recherche contemporaine.
Particulièrement privilégiées sont les questions qui surgissent à l’interface de différentes disciplines, mathématiques et biologie, physique et biologie, mathématiques et informatique, psychologie et biologie, médecine et biologie, de la pensée du risque, aussi bien qu’à l’interface des sciences et de la société.