Bandeau SPS
SPS

Calendrier Juin 2017

Mois précédent Mai 2017 | Aujourd'hui | Juillet 2017 Mois suivant

  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
 

À propos de la SPS

La Société de Philosophie des Sciences est une société savante dont le but est de promouvoir la philosophie des sciences. Elle est ouverte à toutes les formes de réflexion sur la science et sur la pratique scientifique, mais le cœur de ses activités se situe dans la philosophie proprement dite, dans la variété de ses pratiques.

Les activités de la SPS comprennent notamment l’organisation de congrès et de conférences, le parrainage de colloques et journées d'études, la publication d’ouvrages et d'une revue, et la diffusion d’informations pertinentes (travaux, vie académique, ressources, etc.) liées à la philosophie des sciences.

En savoir plus

Rawad El Skaf, lauréat du prix Jeune Chercheurs 2015-2016

Rawad El Skaf, lauréat du prix Jeune Chercheurs 2015-2016

Le lauréat de l'édition 2015-16 du prix "Jeunes Chercheurs" (doté de 300 euros) est Rawad EL SKAF (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) pour son article "What notion of Possibility should we use in analyzing Scientific Thought Experiments?"

Les trois autres finalistes de cette édition 2015-16 ont été (en ordre alphabétique) Marie DARRASON, Santiago ECHEVERRI, et Judith FAVEREAU (voir les détails ci-dessous).

- Marie DARRASON (IHPST & Assistance publique des Hôpitaux de Paris (interne)), "Mechanistic and Topological Explanations in Medicine: the case of Medical Genetics and Network Medicine"

- Santiago ECHEVERRI (Université de Genève), "Indexing the World? Visual Tracking, Modularity, and the Perception–Cognition Interface"

- Judith FAVEREAU (Finland Centre of Excellence in the Philosophy of Social Sciences (TINT) Université d’Helsinki & Centre d'Economie de la Sorbonne), "On the Analogy between Field Experiments in Economics and Clinical Trials in Medicine"


Information sur le jury

Pour cette édition 2015-16, le jury était composé de :

Bruno Ambroise (CURAPP - ESS, Amiens), Andrew Arana (Université Paris 1), Valérie Aucoutourier (Université Saint-Louis, Bruxelles), Guido Bacciagaluppi (Utrecht University), Jean Baccelli (Institut Jean Nicod, Paris), Anouk Barberousse (Université Paris-Sorbonne), Bernadette Bensaude-Vincent (Université Paris 1), Michel Bitbol (Archives Husserl, Paris), Ingo Brigandt (University of Alberta), Hasok Chang (University of Cambridge), Mikaël Cozik (Université Paris-Est), Carl Craver (Washington University in St Louis), Olivier Darrigol (Sphere, Paris), Ronan De Calan (Université Paris 1), Nadine De Courtenay (Université Paris 7), Jean-Paul Delahaye (Université Lille 1), Steeves Demazeux (Université Bordeaux-Montaigne), David Depew (University of Iowa), Jacques Dubucs (SND, Paris), Claude Dupont (Université d'Amiens), Hélène Guillemot (Centre Alexandre Koyré, Paris), Sara Franceschelli (ENS Lyon), Valérie Gateau (CERSES, Paris), Paul Griffiths (University of Sydney), Gerhardt Heinzmann (Université de Lorraine), Paul Humphreys (University of Virginia), Philippe Huneman (IHPST, Paris), Max Kistler (Université Paris 1), Alan Kirman (Université Aix-Marseille et EHESS Paris), Luca Illetterati (Università di Padova), Cyrille Imbert (Archives Poincaré), Guillaume Lecointre (MNHN), Maël Lemoine (Université de Tours), Baptiste Mélès (Archives Poincaré), Michel Morange (ENS Paris), Olivier Morin (Max Planck Institute, Jena), Matteo Mossio (IHPST), Gerd Müller (Konrad Lorenz Institute, Klosterneuburg), Staffan Müller-Wille (University of Exeter), Alberto Naibo (Université Paris 1), John Norton (University of Pittsburgh), Marco Panza (IHPST, Paris), Cédric Paternotte (Université Paris-Sorbonne), Francesca Poggiolesi (IHPST, Paris), Bertrand Quentin (Université Paris-Est), Julian Reiss (Durham University), Stéphanie Ruphy (Université Grenoble Alpes), Jean-Michel Salanskis (Université Paris-Nanterre), Karola Stotz (University of Sydney), Brent Strickland (Institut Jean Nicod, Paris), David Teira (UNED, Madrid), Peggy Tessier (IHPST, Paris), Giovanni Valente (Pittsburgh University), Marion Vorms (Université Paris 1), Pierre Wagner (Université Paris 1), Denis Walsh (University of Toronto), Charles Wolfe (Ghen University).


Biographies

Rawad EL SKAF soutiendra sa thèse, après une longue interruption, le 07 juillet 2016 au sein de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et est rattaché à l’IHPST. Ses recherches portent sur l'épistémologie des outils scientifiques, en particuliers les expériences de pensée. Il a développé une nouvelle approche épistémologique non-réductrice des expériences de pensée scientifiques qui prend en compte les différentes notions de possibilité impliquées, leur évolution et leurs fonctions. Fondée sur une structure générale, elle permet de les évaluer en tant qu’outil scientifique autonome, en offrant une méthode de justification propre. Il a une double formation en science (informatique) et en philosophie. Il a organisé une conférence internationale sur les expériences de pensée et les simulations informatiques à Paris en 2010, a été chercheur invité à l’Université de Pittsburgh en 2008, et a enseigné au Chili en 2010 et au Liban en 2014

Marie DARRASON est actuellement interne en médecine (spécialisation en pneumologie) à l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris et post doctorante associée à l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques. Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, elle a poursuivi une double formation en philosophie et en médecine. Elle a soutenu sa thèse de philosophie de la médecine en 2014 sous la direction de Jean Gayon sur le thème : Y a-t-il une théorie génétique de la maladie ? Depuis, elle continue ses recherches en philosophie de la médecine sur les enjeux épistémologiques soulevés par la génétique médicale, les différents types d’explications qui coexistent en médecine, les développements de la biologie et la médecine des systèmes et sur le concept de médecine personnalisée.
Page perso: https://univ-paris1.academia.edu/MarieDarrason

Santiago ECHEVERRI est docteur en philosophie et sciences sociales de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Depuis 2011, il est chercheur associé au département de philosophie de l’Université de Genève, où il a été affilié aux groupes de recherche Thumos et Episteme. Ses recherches portent sur la philosophie de l’esprit et des sciences cognitives, la philosophie du langage et l’épistémologie. Il est l’auteur de plusieurs articles sur les bases cognitives de la référence, le contenu perceptif et l’épistémologie de la perception. À partir du mois d’août 2016, il poursuivra durant 3 ans aux universités de Rutgers et NYU un projet de recherche sur la perception des objets et le contenu iconique financé par le Fonds National Suisse (FNS).
Pour plus d'informations : http://santiagoecheverri.weebly.com

Judith FAVEREAU a obtenu msn doctorat en économie à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne sous la direction d’Annie L. Cot en février 2014. Dans sa thèse, « l’approche expérimentale du J-PAL en économie du développement : un tournant épistémologique? »,  elle a examiné l’utilisation récente et toujours croissante des expériences randomisées en économie du développement, en fournissant une analyse épistémologique d’une telle approche. Elle a ensuite poursuivi ces recherches en postdoctorat de juin 2014 à la fin de l’année 2015 à l’Academy of Finland Centre of Excellence in the Philosophy of Social Sciences (TINT), centre auquel elle est toujours affiliée. Elle a bénéficié de février à mai 2016 d’un Hoover fellowship à la chaire Hoover d’éthique économique et sociale. Elle vient d’obtenir un poste de maître de conférences en économie à l’université Lyon 2 au laboratoire Triangle, commençant en septembre 2016. 
Ses domaines de recherche concernent : l’économie du développement, l’économie expérimentale, la philosophie de l’économie et la politique fondée sur les preuves. Ses recherches s’intéressent principalement à l’interaction entre l’économie du développement, l’économie expérimentale et la politique fondée sur les preuves en vue de lutter contre la pauvreté. Cela implique d’étudier la méthodologie de ces sous-disciplines ainsi que leurs transfers disciplinaires. La philosophie joue ici alors un double rôle : un premier rôle visant à analyser de telles interactions disciplinaires ainsi que leurs transfers et un second rôle visant à questionner les implications de ces transfers disciplinaires. 

Toutes les actualités

Haut de page

Retour à la page précédente

Accueil | Contact | Demande d’adhésion | Mentions légales | Accès privé
© SPS, 2009-2017.
Dernière mise à jour : Vendredi 23 juin 2017